Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Une fortune… dans le coffre à jouets !

Révélation ! En fait, le vrai trésor de noël n’est pas au pied du sapin, mais dans le grenier !

Direction les vieilles malles où papa et maman ont entassé leurs vieux jouets, et peut être les vôtres, dont l’aspect désuet décevrait vos enfants qui risqueraient bien de les flanquer à la poubelle. Surtout pas !! La découverte d’une Hot Weels rare (vous savez, ces petites autos américaines au look custom) pourrait bien améliorer votre solde de compte en banque pour le début d’année. Un exemple… La Rodger Dodger de 1974 (à condition qu’elle soit de couleur bleue) pourra vous rapporter 7000 euros ! Quant au disgracieux petit cabriolet Cheetah Base Python, son prix s’envole au-delà de 8000 euros ou même 10 000 s’il est en parfait état et dans sa boîte d’origine. Sur ce point, il faut bien évoquer un vrai problème : souvent, les jouets anciens doublent ou triplent leur valeur à condition d’être neufs, dans leur boîte d’origine…ce qui est en général impossible à retrouver chez soi, à moins d’avoir eu une enfance de psychopathe qui n’ouvrait pas ses boîtes de jouets. Seconde contrainte : avoir des versions rares, qui avaient peu de succès… Un exemple : Dans la collection des petites figurines Star Wars (première génération 1979) un Luke Skywalker usagé sans boîte d’origine se négociera une poignée d’euros. En revanche, le personnage Boba Fett, qui s’est très peu vendu à la fin des années 70, vaut, avec sa boîte d’origine, en parfait état la modique somme de… 4000 euros…pour une figurine merdique en plastique de six centimètres de haut ! Bref, pour faire fortune aujourd’hui, en vendant ses anciens jouets, il faut avoir été un enfant cinglé qui n’utilisait pas ses jouets, et qui, par-dessus le marché, avait un « goût de chiottes » et achetait toujours les personnages pourris ou les versions sans succès. Ainsi, les PlaymoSpace, Playmobil de l’espace (1980) qui se sont peu vendus valent plus cher que les autres, tout comme les Playmobil Color (qui étaient blancs et livrés avec des feutres pour les colorier) valent une petite fortune… à condition de ne pas avoir été coloriés et d’être blancs comme neige (retour à la case « enfant psychopathe !!!…) En revanche, si vous trouvez deux ou trois grandes boites de Playmobil Color blancs et neufs, un conseil : jetez-vous dessus, car elles s’échangent (entre psychopathes ?) contre 6000 à 12 000 euros. Voilà ! Mais attention, il faut que ces versions sans succès soient issues de séries célèbres. Un jouet inconnu qui ne s’est pas vendu, même en état neuf, ne vaut pas grand-chose. Dans la série des Musclor (vous savez, ce dessin animé du début des années 80, avec le gros malabar blond coiffé comme Mireille Mathieu…) la figurine qui coûte le plus est… Skelétor (1400 euros !), le méchant à tête mort, beaucoup plus rare que le héros, parce que les gosses n’en voulaient pas ! Pour les inconditionnels de la poupée, la Barbie, première édition de 1959, avec ses habits et sa boîte, vaut environ… 20 000 euros (ça calme…) ! Les modèles plus récents (années 60 jusqu’en 75) se négocient également à des sommes rondelettes ! Disons-le tout net, ça vaut le coup de demander discrètement à mémé où elle bien pu flanquer ces vieilles poupées ! Plus près de nous les infâmes petits coffrets Polly Pocket qui furent produits dans les années 90, se négocient (toujours en parfait état) entre 200 et 800 euros selon les versions. Dans tous les cas tout ce qui a plus de vingt ans et qui est en bon état a une valeur marchande. Alors, n’hésitez pas à retourner la maison de la cave au grenier, la fortune se cache peut-être au fond d’un vieux carton pourri rempli de vieux jouets en état neuf qui vous permettront de changer de bagnole ou de partir cet hiver vous la couler douce aux Bahamas… C’est Noël, on peut toujours rêver !

Ça vous a plu ? Et si vous vous abonniez ? CURIOUZ.FR
Afficher les commentairesCommentaires fermés

Laisser un commentaire